Aller au contenu principale
dsc05573.jpg

Bourdon des champs

Et non, le bourdon n’est pas le mâle de l’abeille ! Notre petit pollinisateur tout rond est un animal à part entière, qui compte une trentaine d’espèces rien qu’en Belgique. Le plus commun chez nous ? Le bourdon des champs, aussi appelé « bourdon roux » en raison de sa couleur.

Tout sur le bourdon des champs

Reconnaître le bourdon des champs

(Bombus pascuorum)

Ce bourdon assez commun zonzonne de fleur en fleur et peut être aisément confondu avec d’autres bourdons, comme le bourdond es mousses ou le bourdon distingué, ou même avec des abeilles. Voici quelques caractéristiques qui vous permettront de le reconnaître :

  • Les ouvrières mesurent de 9 à 15 mm. Les reines, plus grosses, font entre 15 et 18 mm.
  • La partie dorsale de son thorax présente une touffe de poils orangée et son abdomen est rayé de noir ou de gris foncé. La partie ventrale est de couleur crème
  • Il ne possède aucune trace blanche, contrairement au bourdon terrestre

Au menu

Comme tous les pollinisateurs, le bourdon des champs est un amateur de pollen et de nectar. Il n’est pas difficile et trouvera son bonheur auprès de nombreux arbres fruitiers et plantes à fleurs : pommiers, prunelliers, cerisiers, giroflées, bourraches, pissenlits et lavandes figurent à son menu. Leur longue langue lui permet d’accéder facilement aux étamines de pratiquement n’importe quelle fleur. Pratique ! D’après les différentes observations, plus de 270 plantes de nos régions satisfont à ses besoins.

Habitat

La reine construit un nid au sol et le recouvre de mousse, de feuilles et de racines avant d’y ajouter une couche de cire. Il peut également lui arriver d’élire domicile dans d’anciens nids d’oiseaux. Il n’est pas rare de voir le bourdon des champs cohabiter avec un hôte, le psithyre des champs (Bombus campestris). Le bourdon des champs peut se contenter d’une grande variété de fleurs, et s’adapte aussi à de nombreux habitats, ce qui explique qu’on le trouve depuis l’Espagne jusqu’au cercle arctique.

Les bourdons des champs forment des colonies qui ne subsistent pas plus d’un an ; l’année suivante, ce sont les jeunes princesses qui prennent le relai et fondent la colonie suivante. Elles peuvent aussi bien utiliser un tas de compost, des herbes sèches, des anciens nids d’oiseaux ou même des fissures dans les bâtiments.

Le Bourdon des champs et l’amour

Les colonies sont à la base établies par une reine seule. Pendant l’hiver, elle s’est caché dans un abri appelé « hibernaculum ». Une fois le mois de mars arrivé, elle fonde un nid et y crée des cellules pour conserver le pollen qui servira de nourriture à ses larves. Elle pond ensuite des œufs et les couve. Quand les larves sont venues au monde, 3 à 5 jours plus tard, leur mère les nourrit de pollen et de nectar qu’elle régurgite. On appelle cette technique la trophallaxie : la nourriture est conservée dans un second estomac, le jabot social, qui est extensible et permet de pré-digérer la nourriture destinée à d’autres insectes de la même colonie. Les abeilles et les fourmis partagent ce même mode d’alimentation. Les larves vont ensuite se métamorphoser pour prendre leur forme adulte deux semaines plus tard.

Les premiers spécimens à voir le jour sont les ouvrières. Elles vont ensuite aider la reine à nourrir le reste de la colonie en transportant le pollen sur leurs pattes. Les reproducteurs, quant à eux, ne naîtront que lorsque la colonie sera bien installée, en juillet-août. A la fin de la saison, la colonie compte plus d’une centaine d’individus. Les bourdons continuent à engranger du nectar jusqu’en automne. C’est à ce moment que les mâles et les futures reines vont s’accoupler, puis les bourdons des champs finissent par mourir, y compris la reine. Seules les jeunes femelles fécondées vont survivre et s’envoler au printemps pour former une nouvelle colonie.

Relation avec l’Homme

Comme beaucoup d’insectes, le bourdon des champs connaît des temps difficiles, mais il s’agit de l’une des espèces qui ont su le mieux s’adapter aux changements écologiques. Quand toutes les autres espèces de bourdons ont disparu, le bourdon des champs est capable de survivre, même en milieu urbain. Cependant, les néonicotinoïdes et autres pesticides ne sont pas les seuls facteurs à mettre en cause dans le déclin général des bourdons : ces insectes supportent mal le réchauffement climatique. Au cours du siècle dernier, 17 % de la population totale de bourdons a disparu en Europe, et en particulier dans les zones devenues plus chaudes et plus sèches.

Peu agressif, il ne s’attaque pas à l’Homme, même s’il possède un dard comme la plupart des abeilles. Sous nos latitudes, c’est l’une des espèces qui féconde le plus de plantes et de cultures. Ses longs poils drus accrochent aisément le pollen, qui voyage donc jusqu’à la fleur suivante et la féconde. Le bourdon des champs est donc indispensable à la survie de tout l’écosystème.

bourdon-001.jpg

Saviez-vous que le bourdon des champs…

  • pouvait former des colonies atteignant les 150 individus ?
  • faisait partie des nombreuses espèces qui forment un nid à même le sol, comme les andrènes ?
  • est l’une des espèces les plus répandues sur la planète ?