Aller au contenu principale
strandnieuwpoort.jpg

A la recherche de trésors, rendez-vous à la plage

La plupart des gens associent la mer au soleil, mais pour les chasseurs de trésors, le meilleur temps à la côte est plutôt froid et orageux. La plage se remplit alors d’objets impressionnants. Que diriez-vous par exemple de magnifiques coquillages centenaires, d’œufs de requin ou même d’os de mammouth ? La chasse aux trésors commence !

La plupart des plagistes ne repèrent jamais ces trésors. En été, les villes et villages côtiers ratissent leur plage. Ils le font pour éliminer nos déchets, mais emportent en même temps coquillages, fossiles et petits animaux. Voilà pourquoi le meilleur moment pour mettre la main sur de jolies trouvailles est en automne, en hiver ou au début du printemps. La météo idéale ? Froide et orageuse. Par temps orageux (en fonction de la direction du vent), les mollusques sont plus souvent rejetés sur le sable et le froid les rend moins actifs. Une fois échoués sur le rivage, ils n’ont pas assez d’énergie pour creuser et se cacher à votre approche. Donc, si vous voulez en savoir plus sur les habitants de la mer du Nord, rendez-vous à la côte avant les premières chaleurs.

Question importante : comment se comporte le vent ?

Avant de partir, vérifier la manière dont le vent souffle. La direction du vent va déterminer ce qui va échouer sur le rivage. Lorsque le vent souffle au-dessus de la mer vers l’intérieur des terres (d’ouest en est), de nombreux objets légers susceptibles de s’envoler et de flotter (telles que les algues et les déchets plastiques) seront rejetés.

Le vent qui souffle depuis l’intérieur des terres vers la mer (d’est en ouest) pousse ces objets légers vers la mer. En même temps, un courant sous-marin se crée en direction de la côte. Ce courant balaie le fond marin, poussant des objets plus lourds jusqu’au rivage. Avec un peu de chance, vous pourrez dénicher de beaux coquillages, des fossiles, des ossements de mammouths ou même des épaves de navires perdus depuis longtemps.

Lorsque le vent souffle parallèlement à la ligne de marée, du sud-ouest au nord-est, nous vous conseillons de rester chez vous (surtout si vous aviez l’intention de chercher des trésors). En effet, la plage sera alors quasi vide d’objets intéressants.

Flux et reflux

La plage est la plus grande à marée basse, la plus petite à marée haute. Si vous souhaitez parcourir la plage pendant quelques heures, il est préférable de commencer à marée basse ou un peu plus tôt. Vous pourrez alors progresser sur la plage pendant que la mer recule et laisse derrière elle son lot de curiosités. À marée basse, vous trouverez plus de crabes, d’escargots ou de coquillages vivants (pourtant, ils se cachent du mieux qu’ils peuvent dans le sable). Par marée haute, vous trouverez principalement des objets légers capables de flotter, comme des algues, des œufs de requins ou des carapaces de crabes.

dode-krab.jpg

Prenez un guide des coquillages avec vous

La mer du Nord est un endroit privilégié pour les crustacés. La mer est peu profonde, raisonnablement sûre et pleine de nourriture. Vous trouverez donc sur nos plages quelques centaines d’espèces de coquillages et d’escargots. Près de la moitié de ces espèces sont incroyablement vieilles, souvent plusieurs milliers d’années. Certains coquillages, comme les Venericor planicosta, parcourent même la mer depuis plusieurs millions d’années. Le long de la côte flamande, des coquillages provenant de l’autre côté du monde échouent également sur le sable, comme des huîtres des Caraïbes par exemple.

D’autres coquillages, bien vivants ceux-là, sont arrivés d’endroits lointains en s’accrochant à des cargos et ont décidé de rester ici pour de bon. Le coquillage « exotique » le plus connu est l’Ensis directus, le coquillage que vous connaissez probablement sous le nom de « couteau ». Soit dit en passant, n’hésitez pas à chercher des coquillages en vous mettant à genoux ou même à la loupe, de splendides spécimens mesurent à peine quelques millimètres.

scheermesjes-en-mosselen.jpg

Tas de sable et écume brune

Peut-être les avez-vous déjà remarqués sur la plage : de petits tas de sable mouillé formant une sorte de minuscule crotte. Ils proviennent de l’arénicole. Il creuse et déguste les grains de sable. À vrai dire, ce ver ne mange pas vraiment le sable, il filtre les algues et les bactéries. Le sable est évacué par-derrière et se termine en petits tas sur la plage. Envie d’admirer l’arénicole ? Repérez le petit tas de sable. Dans un rayon de 5 à 20 centimètres plus loin, vous trouverez une légère cavité dans le sable, l’endroit où se situe sa tête. Il ne vous reste plus qu’à creuser entre les deux et bingo !

La mousse brune qui échoue parfois sur la rive n’a rien à voir avec une quelconque vidange de toilette. Ce n’est pas non plus — contrairement à ce que vous pensiez — des déchets chimiques provenant d’un bateau peu scrupuleux. La mousse provient de minuscules algues. Quand elles meurent, les vagues les transforment en mousse. Le sable colore ensuite la mousse en marron.

Œufs de requin

Si vous trouvez un petit sac allongé, brun jaunâtre avec un fil bouclé à chacun des quatre coins, vous êtes sans doute en présence d’une coquille d’œuf de roussette. La coquille d’œuf se fixe à quelque chose d’autre (comme une pierre) avec ses boucles pour que le petit requin puisse s’y développer en toute sérénité. Une fois que le requin est sorti de son œuf, la coquille s’est détachée et a échoué sur la plage. La même chose se produit avec les coquilles d’œufs noires de forme plus carrée de la raie. Vous pouvez également en trouver le long du rivage.

Les traces d’un horrible meurtre

Repérez aussi les coquillages présentant de beaux petits trous ronds. Ils sont la preuve qu’un terrible meurtre a eu lieu. La Petite natice (mollusque gastéropode) et le Pourpre ou Bigorneau blanc forent des trous dans d’autres coquillages pour mieux les vider ensuite. Brrr !

steen-met-boorgaten.jpg

Les algues, nourriture du futur ?

Pour l’instant, vous ne considérez les algues que comme des objets verdâtres peu sympathiques qui vous glissent le long des jambes quand vous nagez dans la mer. Berk ! Ou peut-être les avez-vous déjà vus apparaître dans votre assiette sous forme de Makis, ces délicieux sushis en rouleaux ?

De nombreux scientifiques et experts en alimentation prédisent que nous mangerons de plus en plus d’algues à l’avenir. Logique : les algues ne nécessitent ni terres agricoles ni eau douce et regorgent de nutriments sains. Vous trouverez une véritable ferme d’algues au large des côtes belges à Nieuport. Mais bien sûr, les algues poussent également ailleurs dans la nature. Toutes les algues sont comestibles pour nous. Cela dit, si vous en goûtez (un petit morceau), choisissez-en une qui a l’air fraîche et qui est toujours attachée à un rocher ou au fond marin.

zeewier2.jpg

Des déchets parfois de valeur, mais généralement bons pour la poubelle

Malheureusement, notre mer du Nord est également une véritable soupe de plastique et d’autres déchets — plus loin, dans les océans, il y a même des îles entières de déchets qui flottent. La meilleure nouvelle : vous pouvez aider à lutter contre ces déchets. En mettant ce que vous trouvez dans une poubelle, bien sûr. Mais aussi en rapportant vos découvertes aux scientifiques. Cette contribution leur permettra de mieux étudier comment nettoyer cette grande soupe de déchets.

Votre mission est simple : marcher au moins une centaine de mètres le long du rivage et ramasser toutes les crasses que vous croisez. Comptez le nombre total d’objets trouvés et notez de quoi il s’agit. Vous pouvez également les prendre en photo. Envoyez toutes ces informations à seawatch-b@vliz.be. Des scientifiques du Flanders Marine Institute commenceront alors à se pencher sur vos trouvailles. Les déchets que vous avez ramassés peuvent être ensuite jetés à la poubelle. Il y a parfois des découvertes uniques parmi les déchets de plage. Des objets étonnants provenant de navires coulés ou jetés par-dessus bord de porte-conteneurs. À Nieuport, j’ai même trouvé une bombe de la première guerre mondiale sur la plage.

obus.jpg

Créez votre propre collection

Emportez quelques solides boîtes avec vous : de petites boîtes pour ranger les coquillages fragiles et quelques grands pots pour les autres trouvailles qui valent la peine d’être conservées. Rincez vos trésors à la maison avec de l’eau douce. Séchez-les ensuite et gardez-les à l’abri du soleil pour protéger les couleurs. Encore mieux : créez une fiche pour chaque trouvaille (coquillages, plumes, œuf de requin…), précisez le lieu et la date de la découverte, et peut-être aussi, pourquoi pas, un bref rapport de votre visite à la plage. Avant même de vous en rendre compte, vous serez l’heureux propriétaire d’une jolie collection d’objets (et de souvenirs) de vos visites à la côte !

En savoir plus


Articles relatés